Virginie BARO Pays Basque Excellence
Aujourd'hui Virginie BARO : Distinguée au titre de son intelligence artistique, de son talent de découvreuse de talents, de son expertise des métiers de la création, et pour le beau regard qu'elle pose sur le beau.

NOTRE HOMMAGE : Une intelligence brillante, c’est ce que l’on devine très vite sous les traits classiques de Virginie Baro, dignes de ceux des grandes intellectuelles ou des éminentes galeristes allemandes ou new-yorkaises de la première moitié du XXe siècle, avant qu’un sourire ne vienne fendre sa pudique armure et que la femme à la fois subtile et chaleureuse n’apparaisse derrière la grande professionnelle qui cultive le doute comme une compétence cruciale.

Une grande professionnelle de la culture qui s’est donné pour mission existentielle d’accompagner des artistes plasticiens dans ce long et parfois douloureux parcours de la création indépendante dont on ne connaît un jour que ceux qui arrivent au sommet, et jamais la multitude de ceux qui abandonnent en chemin, et parmi eux, souvent les plus doués, mais aussi les plus fragiles, car il faut être sensible pour percevoir et retranscrire toutes les beautés du monde complexe d’aujourd’hui.

La création, Virginie la connaît très bien puisqu’elle a accompagné des institutions publiques de la culture et de l’art, dans presque tous les domaines de la discipline, avant de décider de prendre son envol et de créer son propre métier pour avoir le champ libre et aller plus vite que l’administration.

Le talent de Virginie, tout comme le nôtre, est d’en trouver aux autres…

Ainsi, elle sait se faire agente (même si le statut d’agent n’existe pas dans les arts plastiques), psychologue pour écouter, écrivaine pour rédiger les textes des carnets de présentation, juriste pour défendre les intérêts de ses protégés, ambassadrice pour les représenter, galeriste pour organiser leurs vernissages dans des lieux originaux…

Virginie Baro est de ces femmes qui transforment leur vie et celle des autres en oeuvres d’art, sans même s’en apercevoir, tant le temps leur est compté, tant il faut faire de choses dans une journée, tant il faut savoir douter de soi et de l’après pour mieux se dépasser, et surtout ne pas se tromper ni de voie, ni de talent, ni de porte quand il faut trouver des collectionneurs éclairés, des opportunités de collaborations artistiques, ou des moyens d’atteindre le succès critique…

Le Pays Basque a besoin de personnes comme Virginie Baro, de son savoir-faire technique, de son altruisme nourricier, et de son goût sûr pour les potentiels en devenir qui ne demandent qu’à éclore pour sublimer notre société qui a plus que jamais besoin de raisons d’espérer…

Nul doute qu’elle et ses artistes sauront nous surprendre dans les temps à venir, et nul doute qu’elle fera émerger des artistes locaux et nationaux comme d’autres peignent des tableaux, sculptent des statues ou transforment la matière en émotions, en sensations, et en témoignages de notre singulière humanité.

© Franck Sallaberry pour l’Institut Pays Basque Excellence.

 

SON AUTOBIOGRAPHIE :

Les arts plastiques sont présents dans ma vie depuis l’école primaire. Une conviction m’habitait quant à mon domaine d’activité futur. Dès lors, tous mes choix de cursus et de parcours professionnel ont été faits dans ce sens. Au collège j’intégrai les ateliers artistiques : photographie, arts plastiques.

Au lycée je choisis de passer un baccalauréat Littéraire option lourde arts plastiques. Je poursuis à l’université et intègre le laboratoire de recherche de Rennes 2.

En cinquième année l’écriture intervient lors de la création de ma production plastique de Master 2 : un livre d’artiste composé de textes et d’images. Les arts plastiques ont cette richesse de considérer que tout est potentiellement matière artistique, la peinture bien sûr, mais également la lumière pour la photographie, la terre, le plastique, les objets et puis les mots. Mon mémoire porte sur le rapport texte-image dans l’histoire de l’art, une partie est d’ailleurs consacrée à la narratologie et m’a permis d’évoquer le Nouveau Roman. En suivant cette voie, je n’avais pas dans l’idée de devenir artiste, mais de démocratiser l’art. Pour se faire, il me semblait indispensable de savoir ce qu’était la création afin de mieux la transmettre au public.

J’ai été une année professeur d’arts plastiques en lycée dans le cadre de la très riche option « Art-Danse », puis 7 ans chargée de développement artistique pour une structure culturelle avant de créer mon entreprise.

Virginie Baro · Promotion d’artistes est composée de deux activités.

La  première consiste à sélectionner et vendre des œuvres d’art via l’e-Store virginiebaro.com et à organiser des expositions temporaires qui ont la particularité de présenter les pièces dans des lieux proches de l’habitat afin de favoriser la projection de l’acquéreur potentiel et de créer un rapport plus intime à l’œuvre. À ce titre mes événements se déroulent dans des lieux patrimoniaux forts (manoir, corps de ferme du 16e siècle, villa Art Déco…).

La seconde consiste à accompagner les carrières de plasticiens ou de projets culturels. Dans les deux cas il s’agit de favoriser la diffusion de formes artistiques tout en générant une économie. J’interviens auprès d’artistes pour tout ce qui est satellite à la création : montage de dossier d’appel à projet, accompagnement de projet, analyse de recherche plastique, rédactionnel, direction artistique… Je collabore également avec des opérateurs culturels, des Institutions Publiques, ainsi qu’auprès du secteur privé. J’ai récemment été prestataire pour l’événement Influence › Biennale du textile contemporain (Communauté de Communes Haut Béarn).

Je suis particulièrement attachée à la qualité de la recherche plastique et à l’authenticité de la démarche artistique associée à une maîtrise du médium.

Mon objectif est de transmettre le mieux possible aux publics (amateurs, collectionneurs, néophytes) l’enthousiasme que me procure la création et ainsi de valoriser les artistes que je défends.

VOUS

Quel héros vous fascinait quand vous étiez enfant ?

Les personnages aux pouvoirs magiques.

Quelles sont les valeurs qui vous sont essentielles ?

Bienveillance, équité, justice

Quel souvenir aimeriez-vous laisser à ceux que vous aimez ?

Rester, dans leur esprit, un mystère.

VOTRE TRAVAIL

Quel a été votre premier job dans la vie ?

Monitrice en colonie de vacances

A quoi ressemble une de vos journées ?

Elle est très diversifiée dans les activités et je fais généralement plusieurs choses à la fois. Avoir deux tâches ouvertes au même moment me permet de réfléchir à la première quand je suis sur la seconde et inversement. Le rédactionnel représente une part importante de mon travail que ce soit en réponse à des prestations pour les artistes (montage de dossier d’appel à projet de type 1% artistique) ou pour présenter une nouvelle pièce qui entre à ma sélection. Je suis en contact chaque jour avec les créateurs par téléphone ou directement à l’atelier. L’alimentation des réseaux sociaux est quotidienne. Et enfin j’ai quasiment tout le temps une exposition, une collaboration en cours de montage.

Quelles sont les qualités professionnelles que vous appréciez ?

Authenticité de la démarche quelle qu’elle soit.

Fiabilité

VOTRE PAYS BASQUE

Quel est votre meilleur souvenir au Pays basque ?

Je n’en ai pas, je m’en fabrique chaque jour.

Quels sont les endroits que vous aimez fréquenter ?

La mer, la montagne, les bars à tapas, bref les gros avantages qu’offre cette région fabuleuse !

À quoi ressemblerait votre Pays Basque Idéal ?

Certainement à ce que je souhaite pour la Terre entière, l’apaisement.

VOTRE QUESTION

Quelle question aimeriez vous poser si vous étiez sûr(e) d’avoir la réponse ?

Qu’y a-t-il au-delà de l’univers ?