Distingué au titre de sa sensibilité pour les créateurs, de l'originalité de sa démarche de galeriste et au titre de ses qualités humaines.

NOTRE REGARD :

François Beauxis est un amoureux d’art nouvelle génération qui a transformé son appartement en salle d’exposition et sa nouvelle vie en quête éclairée de talents. Ce galeriste épicurien a profité de sa retraite de cadre international pour revenir dans le Pays où il a grandi et où il est toujours revenu entre ses missions sur les cinq continents. Père comblé, lecteur éclectique et éclairé, mélomane curieux, amoureux de celles et de ceux qui créent, il porte un regard tendre, rieur et gourmand sur notre monde qui tourne de plus en plus vite, offrant aux artistes qu’il décide d’accompagner une bulle hors du temps faite de bienveillance, d’écoute et de conseils pour faire mieux connaître et apprécier leurs oeuvres. Il y a du Bertrand Blier dans cet homme, de l’Hemingway, du Jean-Claude Carrière ; Il y a surtout beaucoup de passion pour le talent des autres, et cela nous ravit. Le Pays basque a besoin d’artistes, les artistes ont besoin du Pays basque, François Beauxis est là pour les faire se rencontrer…

 

SA BIO :

Né dans le Pas de Calais de parents bigourdans, j’ai fait mes études à Paris, habité un temps au Canada, en Algérie et à Shanghai. J’ai construit des usines ou dirigé des filiales dans une vingtaine de pays un peu partout sur la planète. Après cette vie professionnelle intense, j’ai pris une carte de journaliste, écrit dans des revues d’art, monté des expositions, créé une activité de conseil.

Quand je suis arrivé à Biarritz il y a un peu plus d’une année, j’ai réalisé le projet qui me tenait à cœur à Paris : ouvrir un lieu artistique. C’est la galerie Résidence, située chez moi au sixième étage d’un immeuble en plein centre de Biarritz.

J’y expose des artistes émergents et leur offre l’hospitalité. Le concept c’est de réunir des œuvres, un public et un artiste. Ce sont les artistes qui comptent avant tout : iIs écrivent le monde avec la matière, ils nous font partager leurs visions, leurs rêves, en jouant des formes et des couleurs. Ils rayonnent de poésie, de sagesse et d’émotions. C’est mon activité principale aujourd’hui. Je rêve de créer en parallèle une revue d’art.

 

VOUS

Quel héros vous fascinait quand vous étiez enfant ?

Jeune je me passionnais pour les auteurs du 18ème et 19ème siècle : Marivaux, Cazotte, Beaumarchais, Rousseau, Stendhal, Balzac, Zevaco, Dumas, Vernes, Zola, Beaudelaire. Plus tard pour les auteurs contemporains anglais, chinois, japonais, égyptiens, argentins, américains, allemands. Je crois que toutes ces lectures m’ont donné le goût de l’aventure et des voyages. Difficile de choisir un héros parmi le nombre, mais Michel Strogoff me semble un bon candidat !

Quelles sont les valeurs qui vous sont essentielles ?

La compassion, la rigueur, l’action, la créativité et le sens du beau et du vrai.

Transmettre une vision du monde aux générations futures.

Je trouve admirables les artistes qui écrivent le monde avec la matière.

Quel souvenir aimeriez-vous laisser à ceux que vous aimez ?

Un bon papa, un patron exigeant mais juste, un mécène actif pour les artistes émergents.

VOTRE TRAVAIL

Quel a été votre premier job dans la vie ?

Ingénieur chez Peugeot. Mon goût du concret m’a entrainé vers la production et l’ingénierie. Je suis devenu dirigeant d’entreprise par la suite.

A quoi ressemble une de vos journées ?

Je me lève tôt, médite un moment, fait les tâches ménagères et travaille le matin. L’après-midi est consacré aux visites à la galerie et aux rencontres d’artistes. Le soir lectures ou films et documentaires. J’essaie de donner de la visibilité aux artistes que j’expose : contacts avec les media, mailings, communiqués de presse. La galerie est maintenant bien référencée mais ce n’est jamais suffisant.

Quelles sont les qualités professionnelles que vous appréciez ?

La ponctualité, la franchise et la compétence. J’apprécie la modestie et l’écoute de l’autre. Certains patrons de startup m’effraient avec leur manque de réalisme…

VOTRE PAYS BASQUE

Quel est votre meilleur souvenir au Pays basque ?

Les étés de jeunesse: les amis sur la Grande plage de Biarritz ; les soirées au restaurant chez Albert, avec le fondateur originel qui montait sur le piano ; les fêtes dans les petits villages et les ventas la nuit ; les vagues de la côte des Basques avec mes enfants, bien avant que le Pays basque ne soit à la mode.

Quels sont les endroits que vous aimez fréquenter ?

L’arrière pays : Ascain, Saint-Pée-sur-Nivelle ; Saint-Jean-de-Luz.

A Biarritz : L’hôtel de Silhouette, pour son jardin et ses concerts de jazz ; le port des pécheurs l’après-midi ; les Halles ; le Phare au coucher du soleil.

La côte jusqu’à Saint-Sébastien…

À quoi ressemblerait votre Pays Basque Idéal ?

Un Pays basque plus rayonnant sur l’extérieur dans ce qu’il a de meilleur… Ce qui évolue positivement, je crois.

VOTRE QUESTION

Quelle question aimeriez vous poser si vous étiez sûr(e) d’avoir la réponse ?

L’Homme va-t-il renouer avec la sagesse et savoir préserver la planète ?