BERNADETTE SOULÉ pays basque exellence
Distinguée au titre de ses qualités intellectuelles et relationnelles, de sa détermination, de sa diplomatie et pour être directrice de l'Office Public de la Langue Basque.

Notre hommage : Le jeudi 4 juillet 2019 L’Office Public de la Langue Basque présentait son budget pour l’accompagnement des acteurs privés d’enseignement du basque, stabilisé à 1 930 000 euros.

À ce titre nous voulions à travers l’hommage à sa Directrice, Bernadette Soulé, rendre hommage à cette institution cruciale pour l’avenir de l’euskara et également à ceux qui la financent, c’est à dire les citoyens de l’Agglomération Pays Basque, des Pyrénées Atlantiques, de Nouvelle Aquitaine et de France : environ 25% chacun.

L’Office Public de la Langue Basque a pour vocation de soutenir la lange basque à travers des initiatives internes et par l’intermédiaire d’opérateurs privés de qualité que sont majoritairement les organismes d’enseignement de l’euskara. Ce dispositif est essentiel pour la survie de notre langue en Iparralde, comme le rappelait Miren Dobaran, vice-ministre de la Politique linguistique du Gouvernement Basque. En effet l’OPLB et le l’Euskadi sont liés depuis 2007 par des accords et ce jusqu’en 2022.

Bernadette Soulé est consciente que l’équilibre est difficile à trouver pour soutenir équitablement notre langue, et que les opérateurs privés, parfois sous forme d’association, sont incontournables, car ils détiennent à la fois le savoir linguistique, le savoir pédagogique et le savoir sociétal.

Pour bien comprendre le fonctionnement de l’OPLB il faut savoir que neuf opérateurs historiques bénéficient d’environ 65 % du budget, ce qui s’explique sur la base de l’assiette du nombre des personnes qu’ils forment et sur l’étendue de leurs projets pédagogiques. Ainsi, pour 2019 par exemple, AEK (fédération des organismes d’enseignement du basque pour les adultes) bénéficie de 520 000 euros, Seaska (les ikastola) de 405 000 euros, les médias Euskal Irratiak et Euskal Hedabideak de 315 000 euros, et 244 000 euros iront au soutien de diverses activités de loisir en euskara.

Mais l’OPLB accompagne également des projets d’innovations et d’initiatives linguistiques, 52 en 2019 qui ont été sélectionnés suite à un appel à projets sur la base de 66 dossiers reçus. Des projets comme nos amis de la chaîne TV Kanaldude, ou de Euskal Moneta qui ont créé l’Eusko, ou encore TVPI qui est devenu un média gratuit et incontournable au Pays Basque.

Bernadette Soulé est le chef d’orchestre de cette institution, parfois incomprise ou ignorée par le grand public, mais combien utile et désormais totalement transparente sous sa direction, ce qui nous réjouit.

Vous pouvez d’ailleurs trouver le détail du budget total sur le site de l’office, un budget d’un peu plus de 4 Millions dont 850 000 euros pour le personnel permanent et vacataire ou en mission comme pour l’élaboration du dictionnaire basque. C’était 355 000 en 2009, 541 500 en 2010, 706 000 en 2011 et 2012, 664 000 en 2013, 656 000 en 2014, 670 000 en 2015, 705 000 en 2016, et donc 850 000 en 2017 et 2018.

Les dotations aux opérateurs privés représentent donc globalement la moitié du budget total et les frais de personnel environ 20%, ce qui reste dans les normes de ce genre d’institutions et encore une fois transparent, ce qui en revanche est plus rare.

Merci donc à Bernadette Soulé et à son équipe, aux décideurs de l’agglomération Pays Basque, aux financeurs publics et aux opérateurs privés du secteur de l’enseignement de l’euskara, pour avoir imaginé et pour faire vivre ce dispositif d’aide sans lequel notre langue menacée n’aurait aucune chance de survivre dans le monde qui vient.

Nous espérons que les liens avec Euskadi vont se renforcer, car l’enseignement du basque y est à la fois plus accessible et plus désiré par les adultes, ce qui s’explique bien entendu par l’Histoire de chaque côté de cette frontière qui n’existe pas… Nous espérons également, même si le site de l’OPLB s’est amélioré très sensiblement, que des outils modernes pour s’initier à l’euskara, sa grammaire et son vocabulaire usuel comme des applications smartphone ou de vrais sites pédagogique en ligne (comme le site international agur qui enseignait jadis l’euskara dans les euskal etxeak du monde entier…) verront bientôt le jour, car il nous semble dommage que l’on puisse apprendre le mandarin, le russe ou même le bulgare sur le web, et toujours pas le basque.

Ces outils deviennent indispensables si l’on veut que l’euskara se modernise et se transmette vraiment dans son enseignement et son usage quotidien, surtout compte tenu du nombre croissant de nouveaux arrivants qui souhaitent l’apprendre pour s’intégrer et qui mettent leurs enfants en Ikastola.

Demandez simplement autour de vous à vos amis ceux qui savent dire : oui et non en basque, bonjour et au revoir, merci, jour et nuit, blanc et noir ( bai, ez, egun on, ikus arte, mileskter, eguna, gaua, zuri, beltza…) Vous serez très surpris et vous comprendrez l’urgence… Ce sont pourtant les petits mots usuels de tous les jours qui font le destin des grandes langues.

Bien entendu, une application iPhone d’initiation au basque ne remplacera jamais un vrai stage de langue chez les opérateurs privés cités plus haut, mais il peut justement donner envie à un nombre plus important de locaux qui ne le parlent pas, natifs ou pas, de franchir le pas, et donc de développer de nouveaux services linguistiques pour AEK, Seaska, et tous les acteurs culturels de nos trois provinces.

En attendant qu’Olenzero nous fasse ce beau cadeau, encore bravo Bernadette Soulé pour votre intelligence, votre détermination et votre élégance diplomatique pour défendre notre si belle langue avec l’ensemble de votre équipe.

© Franck Sallaberry pour l’Institut Pays Basque Excellence / Crédit Photo : Merci l’Institut Culturel Basque !

 

 

VOUS

Quel héros vous fascinait quand vous étiez enfant ?

Votre réponse

Quelles sont les valeurs qui vous sont essentielles ?

Votre réponse

Quel souvenir aimeriez-vous laisser à ceux que vous aimez ?

Votre réponse

VOTRE TRAVAIL

Quel a été votre premier job dans la vie ?

Votre réponse

A quoi ressemble une de vos journées ?

Votre réponse

Quelles sont les qualités professionnelles que vous appréciez ?

Votre réponse

VOTRE PAYS BASQUE

Quel est votre meilleur souvenir au Pays basque ?

Votre réponse

Quels sont les endroits que vous aimez fréquenter ?

Votre réponse

À quoi ressemblerait votre Pays Basque Idéal ?

Votre réponse

VOTRE QUESTION

Quelle question aimeriez vous poser si vous étiez sûr(e) d’avoir la réponse ?

Votre réponse